Posté le 28 septembre 2021 par La Rédaction

Le Charnay Basket Bourgogne Sud repart pour une troisième saison parmi l’élite française. Les Pinkies entendent bien renouveler la performance de décrocher leur maintien sur le terrain. 

L’an dernier, les Charnaysiennes ont terminé l’exercice au neuvième rang. Ce maintien confortable a été obtenu après une saison en montagnes russes, faites de hauts et de bas. Le coach Matthieu Chauvet se borne à commenter : « Notre irrégularité venait de l’instabilité du groupe. Chaque jour, je me demandais sur qui j’allais pouvoir compter. Les filles étaient trop individualistes, elles n’avaient pas de confiance collective ! » 

Combativité, complémentarité et cohésion 

Le technicien a définitivement refermé le chapitre. Il est résolument tourné vers le futur, tout en ayant tiré les leçons de ce proche passé au moment d’effectuer son recrutement. Il a fait ses choix d’après trois critères. D’abord la combativité: « J’ai pris des joueuses qui avaient envie de travailler et de s’entraîner. D’ailleurs, j’ai gardé les deux (ndlr : C. Chabrier et P. Lezin) qui possédaient cette envie. » Ensuite, le manager a opté pour la complémentarité : « J’ai pris des joueuses mobiles et polyvalentes. Par exemple, pour redynamiser le secteur intérieur, j’ai pris des filles capables de jouer aussi bien loin que près du panier. Nous devrions aussi avoir plus de vitesse et de fluidité dans notre jeu ! » 

Préparation pour renforcer le collectif 

Surtout, Matthieu Chauvet a privilégié l’homogénéité au sein du groupe :
« C’est l’importance de l’équipe dans la tête des joueuses qui m’a guidé. » Les trois jours passés à la montagne, aux Karellis, ont permis d’insister sur la cohésion de l’ensemble. La vie de groupe a encore été mise en exergue lors du tournoi disputé à Brno en République Tchèque (avec aller et retour en bus). 
Le coach n’a pas eu les moyens d’attirer de grosses pointures. Il a donc plutôt engagé des jeunes à qui il donnera leur chance. Ce credo commence d’ailleurs à lui valoir la reconnaissance de plusieurs agents. Au moment de définir l’objectif de cette troisième saison, Matthieu Chauvet est catégorique : « Tant que nous aurons le plus petit budget de la division, nous ne viserons que le maintien. » 
Il conclut avec un grand sourire rigolard : « Pour se qualifier pour les phases finales, il faut juste doubler le budget, le passer à 2 millions ! »