Posté le 30 novembre 2023 par La Rédaction

Elles s’appellent Claire, Véronique, Charlotte et Virginie. Respectivement naturopathes, infirmière et professeure de chant, sophrologue et propriétaire des Gîtes de Mady, à Prissé – rejointes par Émilie Fontaine en qualité de photographe -, elles intégraient au printemps le réseau Jeûne et bien-être et proposent, depuis, des séjours d’une semaine en Mâconnais, sur fond de jeûne et activité de loisir.

« Le jeûne n’est pas une mode ! Il a toujours existé… » La privation volontaire de nourriture est encore assez méconnue, sinon taboue. C’est l’expérience – assortie de l’activité chant ou photographie – que proposent les professionnelles, toutes pratiquantes et convaincues de ses bienfaits pour l’organisme. « La démarche, ouverte à toute personne majeure sous réserve qu’elle ne soit ni enceinte, anorexique, diabétique, sujette à des problèmes cardiovasculaires ni en traitement contre un cancer, fait toujours l’objet d’un questionnaire préalable. » Une précaution à laquelle s’astreint le quatuor, soucieux d’offrir à chacun les meilleures conditions – de confort et de sécurité – pour sa semaine de jeûne. C’est à Prissé que le groupe, de dix participants maximum, est accueilli pour chaque session.

« Le planning est établi à rebours du rythme normal. Tout est fait pour combler le créneau habituel des prises de repas. » Dès 8 h 30, le groupe est réuni pour un état des lieux. On y aborde les sensations et éventuelles difficultés de chacun. L’occasion pour les naturopathes de livrer quelques bons conseils : « L’idée est de le vivre le mieux possible. » S’ensuit l’activité – selon la thématique – jusqu’en début d’après-midi. Le reste de la journée est laissé libre. Les soirées sont réparties entre bouillon, bilan de la journée et conférence ou rétrospective (spectacle de chant ou exposition photo). « C’est une vraie coupure. Une semaine hors du temps. Loin du monde, loin des écrans. On passe dans un état dit parasympathique, appelé dans le jargon… mode koala ! Le système digestif est mis au repos. L’énergie gagnée est mise au service de l’activité cérébrale, laquelle – et c’est le comble ! – est engourdie par nos rythmes de vie. » Là où la quarantaine de centres du réseau proposent la randonnée, celui de Prissé veut miser davantage sur la pratique artistique. De quoi encourager à libérer son esprit à travers l’art, quelle que soit sa forme. « En général, on sort de cette semaine complètement vidé ! » Ou plutôt : magnifiquement rechargé.

Reset

« Le jeûne n’est pas une décision que l’on prend au lendemain d’un gros week-end… » Il faut laisser à l’organisme le temps d’opérer une bascule métabolique. Autrement dit prévoir un temps en amont – dit descente alimentaire, avec chaque jour la suppression d’une catégorie d’aliments -, et en aval – avec leur réintégration progressive – de la semaine de jeûne. Ainsi seulement, le corps ne craint pas d’être tenu à un apport journalier maximal de 300 kcal – du bouillon exclusivement. Le corps pioche non plus dans le sucre, mais dans le gras en réserve. « Il produit des corps cétoniques, permettant le maintien d’une activité physique modérée. » Beaucoup des participants sont surpris de leur adaptation à la faim. « Il y a une déconnexion des horaires et, par elle, une véritable prise de conscience. C’est le cerveau, plus que le corps lui-même, qui nous intime de manger. Parce qu’il s’ennuie, parce que c’est l’heure… On voit aussi combien le quotidien est articulé autour du fait de manger. Les courses, l’établissement du menu, sa préparation, le repas proprement dit. On se retrouve avec plein de temps disponible ! » Au-delà d’un effet détoxifiant évident, le jeûne présente un effet anti-inflammatoire durable. « Jusqu’à six mois ! » De quoi, peut-être, en inciter quelques-uns à rompre avec leurs habitudes alimentaires…


Prochaines dates

• Jeûne et photo : du 20 au 27 avril, du 25 mai au 1er juin, du 9 au 16 novembre 2024
• Jeûne et chant : du 22 au 29 juin, du 20 au 27 juillet, du 24 au 31 août, du 14 au 21 septembre, du 12 au 19 octobre 2024

Au départ des Gîtes de Mady, à Prissé

Plus d’infos ? www.jeune-bienetre.fr/roche-solutre