Posté le 28 septembre 2021 par La Rédaction

au cœur d’une maison médiévale 

Jean-Luc Maréchal, propriétaire et habitant de la maison basse des échevins à Cluny, nous ouvre ses portes pour une visite insolite. Cette maison médiévale, au style à la fois gothique et roman, est remplie d’histoire et d’anecdotes de l’époque. 
Pendant environ deux heures, Jean-Luc nous présente sa demeure aux riches secrets, qui se dévoilent petit à petit. Ayant fait des études en Histoire de l’Art et en Archéologie, Jean-Luc Maréchal connaît l’histoire de Cluny sur le bout des doigts. 
La visite commence sur la Place Notre-Dame de la cité clunisienne, où notre guide fait un résumé historique de la ville et de la destruction de l’Abbaye, dont il ne reste aujourd’hui qu’une petite partie. C’est en petit groupe de 8 personnes, dont des enfants, que nous partons ensuite en direction de la maison tant attendue. 
Arrivée Rue de la Barre, on découvre les détails et les significations de cette façade médiévale qui a évité la démolition de justesse. Suite à un décret de Louis XVI, effectif jusqu’au 19e siècle, les façades des maisons étaient condamnées à la démolition et à la reconstruction pour agrandir les rues, afin d’avoir un meilleur espace public. 
Passée entre les mailles du filet, la maison basse des échevins a évité un recul d’1 mètre 50 et a conservé sa façade médiévale. Une fois passée la petite porte d’entrée, sans se cogner la tête, l’intérieur nous dévoile peu à peu ses secrets. 
Cette maison de trois étages accueillait à l’époque près de quinze personnes selon les estimations, pour 43 m2 par étage. D’abord habité par un cordelier au rez-de-chaussée et par des plus nobles au premier étage, la maison accueille ensuite des échevins en 1619 pour devenir une mairie. Les échevins étant des officiers municipaux avant la Révolution française. 
Au rez-de-chaussée, on découvre d’innombrables objets retrouvés par le propriétaire. Passionné d’archéologie, il expose ce qu’il a découvert lors de ses recherches : des pièces de monnaies du 17e et 18e siècle, mais également des jouets anciens, des manuscrits, des ossements, des habits de l’époque… Grâce aux nombreux jouets de l’époque retrouvés, Jean-Luc Maréchal collabore aujourd’hui avec les écoles de Cluny pour faire découvrir de façon ludique l’histoire de la ville aux enfants. 
En poursuivant la visite dans les escaliers, des graffitis de l’époque dessinés par les échevins apparaissent. Pour l’anecdote, ceux-ci dévoilent des noms de personnes n’ayant pas payé leurs impôts ou ayant été condamnés pour ivresse sur la voie publique. Mais une fois à l’étage, ces peintures à l’ocre deviennent uniquement décoratives. Sauf une petite pièce au-dessus de l’escalier qui intrigue les visiteurs, en particulier les enfants, puisque ces dessins incongrus y sont représentés de façon plus grossière. Le propriétaire nous fait donc assoir dans l’escalier, car cette pièce sera plus longue à décrypter. En effet, ces dessins ressemblant à ceux d’un enfant, sont l’oeuvre d’un moine caché dans la maison des échevins lors de la Révolution française. Voulant fuir la chasse aux religieux qu’il y avait à cette époque, c’est ici que ce prieur se serait caché au moins quelques semaines, voire quelques mois selon les recherches. Un réel casse-tête pour le guide qui tente encore de décoder ces dessins et qui a l’espoir de découvrir l’identité de cet homme en cavale. On peut toutefois reconnaître le plan de l’Abbaye et de la ville de Cluny. 
La visite se poursuit alors jusqu’au deuxième étage sous les toits, avec des anecdotes aussi amusantes qu’intéressantes. Nous découvrons ensuite la cuisine de l’époque et ses dessins, la cave et le point d’eau. Enfin, la visite se termine dans le jardin, avec la découverte de nombreuses plantes aromatiques de l’époque. 
Cette visite nous aura permis une immersion totale au coeur de la vie des clunisois, de l’époque jusqu’à aujourd’hui. Une manière originale d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de Cluny. 
D’autres maisons médiévales proposent également ces visites réalisées par les propriétaires et en partenariat avec le Centre d’Études Clunisiennes. 


Plus d’informations sur http://cluny-tourisme.com
Tél. 03 85 59 05 34
Email. contact@cluny-tourisme.com