Posté le 8 février 2024 par La Rédaction

« Silence, ça tourne. Action ! » Evacuée par les personnes non autorisées, l’église Saint-Pierre de Brancion est devenue, le temps d’une séquence, un plateau de tournage, sous la houlette conjointe des équipes de l’association La Maisnie du chevalier Bragon et des Ornithorynques perchés. Le lieu est enveloppé de l’âme de Jocerand IV de Brancion, mort en 1250 lors de la septième croisade et dont le gisant trône dans la travée nord. Idéal pour donner du sens à Manus Dei, la main de Dieu, le sujet du film. « Début octobre 1594, la forteresse, qui était un point de résistance de la Ligue catholique, finit par être prise par les troupes d’Alphonse d’Ornano, lieutenant général du roi Henri IV, qui la saccagent. Le déclin du château commence alors. C’est le contexte historique qui sert de toile de fond au projet Manus Dei » déroule, entre deux prises, Emmanuel Bertrand, président de l’association de Saint-Denis-lès-Bourg. « Notre association est un acteur culturel aindinois important, réputé pour son respect des lieux patrimoniaux et leur mise en valeur. Nous sommes régulièrement sollicités pour participer à différents projets cinématographiques ou animer des programmations culturelles. » C’est donc tout naturellement que La Maisnie du Chevalier Bragon, spécialisée dans les évocations médiévales, les combats chorégraphiés et l’archerie traditionnelle, s’est vue prendre partie au projet Manus Dei, tourné au coeur de la forteresse de Brancion, haut lieu de l’histoire locale. « Le tournage a pu avoir lieu dans ce site qui nous tient à coeur, grâce à l’association La Mémoire médiévale, à Patrick Talmey, maire de Martailly-lès-Brancion, ainsi qu’à l’abbé Binon de la paroisse Saint-Philibert », remercie le président. Le projet a nécessité pas moins de 13 mois de préparation, 11 000 euros de budget, pour deux jours de tournage et 37 personnes mobilisées. Aux côtés de La Maisnie, les Ornithorynques perchés, implantés dans l’Isère, se sont chargés des prises de vue, de la captation sonore et du montage, épaulés par quatre élèves de la section audiovisuelle du lycée Lalande de Bourg-en-Bresse. L’association Jeunesse et loisirs de Chevroux et la société Armédia ont quant à elles eu en charge les effets spéciaux et la manipulation des armes à poudre noire. Les cascades ont été assurées par Arthur Boeda-Binant, Vincent Sirot et Tristan Venot. La composition musicale a été confiée à Simon Lecaulle, directeur et chef de chœur de la Maîtrise Saint-Étienne de Bourges.

La Maisnie du Chevalier Bragon, quoi t’est-ce ?
L’association a été créée en 2009, sous l’impulsion d’Emmanuel Bertrand et d’Yvain Rioult. Ses membres incarnent des personnages issus du Ve au XVe siècles et restituent des évocations historiques en costume par le biais de jeux de rôle. L’association tient son nom d’un personnage de bande dessinée créé par Régis Loisel, dans la Quête de l’oiseau du temps. Installée à Saint-Denis-lès-Bourg, dans l’Ain, elle propose des animations sur le thème du Moyen Âge, ainsi que des formations à l’escrime de spectacle et la cascade. Elle multiplie également les collaborations cinématographiques et les interventions sur les manifestations et évènements culturels.

Emmanuel Bertrand : 06 25 36 67 20
Yvain Rioult : 06 88 87 49 82
contact@maisniebragon.com – www.maisniebragon.com