Crêches-sur-Saône

4 ans ont été nécessaire à Roger Dailler et l’association « Que la roue tourne » pour parfaire la restauration du moulin d’Estours. « Ce sont 80 bénévoles qui ont apporté leur disponibilité, le soutien de 70 donateurs et le savoir-faire de 3 entreprises locales », remercie Roger Dailler qui invite les visiteurs à venir découvrir dans un cadre exceptionnel composé du château et du moulin, une roue à aubes qui tourne. 

 

Le moulin d’Estours, dont sa fonctionnalité première était de moudre la farine, a été construit avant la Révolution française. Il fonctionnait avec une roue à aubes alimentée par un bief de la rivière Arlois. Ce bief a toujours une fonction historique et économique. Se répartissant l’eau avec l’ARLOIS, il alimente le lavoir, les douves du château d’Estours (inscrites à l’inventaire des monuments historiques) puis la chute du moulin attenant et enfin les abreuvoirs des bovins dans les prés en aval, avant de rejoindre la rivière qui se jette quelques centaines de mètres plus bas dans la Saône. Le moulin s’est arrêté en 1880. Machinerie et matériel ont été alors dispersés.

 

En 1945 le fermier du château M. François Paubel et son épouse Adrienne Morrier achètent la ferme dont le bâtiment du moulin qui servira de locaux agricoles. À leurs décès en 2001, leur fille Ginette et son époux Roger Dailler décident d’en faire leur résidence. Ils entreprennent alors un travail de restauration de l’ensemble des bâtiments. La ferme, puis le logis du meunier. En 2013, au décès de son épouse, Roger Dailler poursuit l’oeuvre engagée et aménage en 2015 l’intérieur du moulin, puis en 2019 restaure l’extérieur pour finir par la remise en place de la roue, inaugurée le 31 août. 

 

Consulter aussi le blog de l’association quelarouetourne.blogspot.com 

roue-moulin-estours-creche
La roue du moulin dEstours